Troubles bipolaires: L'épisode maniaque

Troubles bipolaires: L'épisode maniaque

Le trouble bipolaire alterne épisode dépressif et épisode maniaque. Qu’est ce qu'un épisode maniaque, une manie, ou une hypomanie?
Le mot maniaque est utilisé au sens anglo-saxon. Il ne désigne donc pas ici le fait d’aimer que ses affaires soient bien rangées mais une excitation psychique et motrice. Cette agitation apparait de façon insidieuse ou rapide (du jour au lendemain), elle dure plusieurs jours. Elle s’accompagne d’une insomnie sans que le patient ne ressente de fatigue, d’une irritabilité, d’une désinhibition. Le patient parle plus ou tout le temps, il utilise des mots grossiers ou crus, il a l’impression que ses pensées s’accélèrent l’empêchant parfois de parler de façon cohérente. Il peut avoir des projets incroyables, faire des dépenses trop importantes, avoir une hypersexualité. L’humeur est classiquement joviale, ludique, mais peut fluctuer ou être grinçante, menacée. Un délire peut survenir, en particulier avec des idées de grandeur, mégalomaniaque, qui conduisent le patient à se sentir persécuté. L’hypomanie est un épisode maniaque à minima. Cela dure moins longtemps, avec une moindre intensité et moins de trouble du comportement.


L’épisode maniaque survient spontanément ou peut être induit par la prise de médicament (antidépresseurs, corticoïdes), de toxiques (cocaïne) ou plus rarement dans un contexte de certaines maladies inflammatoires ou neurologiques. Dès le premier épisode, le diagnostic de maladie bipolaire doit être évoqué et faire craindre un risque de récurrence. Le traitement doit donc prendre en compte le court terme, réduire l’agitation, l’excitation, protéger le patient. Une hospitalisation en psychiatrie est le plus souvent nécessaire. Elle se fait parfois sans l’accord du patient, à la demande d’un tiers, devant une opposition et un déni des troubles.


La médication associe un régulateur d’humeur et des sédatifs. Après quelques jours à quelques semaines l’épisode rétrocède et le patient reprend son fonctionnement habituel et critique son épisode. C’est un moment qui peut être douloureux, se transformer en dépression, notamment quand l’épisode a été intense et que le patient culpabilise des actes réalisés en phase euphorique. Il faut parfois avoir recours à une mesure de protection des biens, de type sauvegarde de justice, en situation d’urgence chez un patient qui dépenserait trop d’argent. Cela aura pour but d’annuler ses actes pour une durée de quelques semaines.


Il faudra parfois la confirmer en mettant en place une curatelle s’il y avait des récurrences. Lorsqu’il s’agit d’une hypomanie, le traitement peut habituellement se faire en ambulatoire par un ajustement d’un traitement existant ou la mise en place d’un régulateur d’humeur. Il faut s’assurer de la bonne coopération du patient, et de l’impact de son entourage. Il est sinon prudent de proposer une hospitalisation pour protéger le patient de ses comportements. On aura éliminé les facteurs favorisants en les expliquant au patient, pris en charge les causes et conséquences physiques de l’épisode et informer la patient et la famille de ce qu’il se passe. Suite à un épisode maniaque, le patient doit être informé du risque de maladie bipolaire et être traité en conséquence par un régulateur d’humeur au long cours. Un suivi psychiatrique et une psychothérapie sont nécessaires.


Catégories


A propos de l'auteur

Articles liés

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !
Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee