Maladie mentale, maladie honteuse ?

Maladie mentale, maladie honteuse ?

La maladie mentale est associée dans l'inconscient collectif à folie ou faiblesse. Le point sur les préjugés et les fantasmes...


  La maladie mentale a mauvaise réputation. Elle est tantôt synonyme de folie, tantôt preuve de « faiblesse », de manque de volonté ou de force mentale. Ces préjugés, fruit de l’ignorance, sont particulièrement toxiques, car ils culpabilisent et dévalorisent celui qui souffre. Reconnaître sa souffrance et consulter un psychiatre sont trop souvent retardés par un déni du sujet honteux de ce qu’il ressent. Or, la souffrance psychique est l’affaire de tous, au point que l’on considère que près d’une personne sur deux fera une dépression dans sa vie. Si l’on rajoute à cela, les angoisses, les insomnies, les Tocs…Quasi personne n’échappe toute sa vie à des symptômes psychiatriques.

La volonté, et la force psychique existent, mais elles n’ont RIEN à voir dans l’émergence de troubles psychiatriques. Il est possible d’être extrêmement courageux et déterminé dans sa vie, et de développer une phobie ou des crises d’angoisses. Un militaire d’élite peut souffrir d’une phobie des petits insectes. Un salarié peut déclencher une dépression à la perte de son emploi, et non lors d’une maladie grave ou d’un divorce…

Une pathologie psychiatrique est toujours la rencontre d’une actualité douloureuse, d’une personnalité, et d’une histoire singulière. Un évènement peut agir comme un détonateur. Seul, il n’est rien (je ne parle pas des traumatismes, agressions harcèlements…), mais s’il prend résonnance avec une fragilité particulière dans la personnalité où l’histoire du sujet, alors il provoque une déflagration.

Prenons l’exemple d’un individu licencié de son travail. Quelle que soit la personnalité et l’histoire infantile de l’individu, ce dernier vivra des moments pénibles et inquiétants. Pour autant il ne fera pas nécessairement une dépression. Imaginons maintenant, que son père se soit suicidé dans un contexte de faillite commerciale lorsque le sujet était enfant. Il apparaît évident que le licenciement actuel prendra une dimension puissante, dangereuse et terrifiante pour son psychisme, menaçant de l’effondrer sur un mode dépressif. Chacun d’entre nous a sa personnalité propre, son histoire singulière et accidentée, et ses zones de fragilités en conséquence.
Qu’importe notre volonté, nous pouvons tous déclencher un trouble psychiatrique si un coup de la vie frappe au mauvais moment au mauvais endroit.


Catégories


A propos de l'auteur

Articles liés

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !
Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee