Les phobies - Nos folles peurs !

Les phobies - Nos folles peurs !

Quelles sont ces peurs irrationnelles ?

Lexique des principales phobies
Les phobies sont des angoisses déclenchées dans une situation particulière dite « phobogène », ou à sa simple évocation. Elles sont extrêmement répandues dans la population générale (plus de 30%), et quasi systématique à un moment de la vie infantile. Les phobies sont nombreuses et diverses, des plus classiques, aux plus étonnantes.

Voici les plus répandues dans la population générale, vous n'êtes pas seul !

-   Agoraphobie Peur des lieux publics

-   Aquaphobie Peur de l’eau (petits enfants++)

-    Arachnophobie Peur des araignées (féminine++)

-    Claustrophobie Peur des espaces confinés

-    Dysmorphophobie Peur d’avoir une anomalie physique souvent lié à une mauvaise perception de son corps (anorexie+++)

-    Emétophobie Peur de vomir (fréquente chez les enfants dans les suites d’une gastroentérite !)

-    Hématophobie Peur du sang

-    Nosophobie Peur des maladies, à l’origine de rituels de lavage très envahissant (adolescents++)

-    Ophiophobie Peur des serpents (enfants entre 5 et 10 ans ++)

-    Phobie sociale Peur de situations sociales telles que parler en public, être regardé (jeunes adultes+++)

-    Zoophobie Peur des animaux (enfants +++)

Les phobies sont d’évolution capricieuse. Elles peuvent disparaître spontanément (surtout les phobies infantiles), se chroniciser sans pour autant être invalidantes, ou encore s’intensifier et entrainer des dégâts dans la vie socio-professionnelle du sujet. L’évitement de la situation « phobogène » peut être aisée et sans conséquences dans la vie quotidienne du sujet, ou tellement contraignante qu’elle provoque un isolement majeur. Cela dépend du type de phobie, mais aussi de son intensité. Une phobie des serpents est classiquement bien circonscrite, et ne gênera pas l’évolution socio-professionnelle du sujet.

Cependant, son intensité peut-être telle, que le sujet est terrifié par la possible présence de l’animal chez lui, et déclenche de pénibles rituels de vérifications. Certains sujets sont même effrayés par la présence dans un livre d’une photo ou d’un dessin de serpent, les poussant donc à les trier, et les découper ou s’en séparer ! Evidemment, les phobies les plus handicapantes sont les phobies incluant « l’autre », les phobies relationnelles, ou situationnelles.

En pratique, les agoraphobes vont petit à petit limiter leurs sorties jusqu’à vivre enfermés chez eux. Les phobies de rougir, d’être regardé... entrainent un dégât majeure dans la vie du sujet, et ont une tendance naturelle à s’aggraver. L’évitement systématique et large d’une situation va calmer à court terme l’angoisse, mais générer en réalité une zone de danger toujours plus grande et plus envahissante.  

Les phobies qui impactent votre vie quotidienne ou socio-professionnelle DOIVENT être traitées. Dans le cas contraire, leur évolution naturellement défavorable, les mettra progressivement au centre de votre vie et de vos préoccupations.  


Catégories


A propos de l'auteur

Articles liés

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !
Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee