Mon enfant me rejette !

Mon enfant me rejette !

Mon enfant me rejette, il ne veut pas de moi...
Explications sur les difficultés relationnelles avec son enfant.

Il est très fréquent, voir quasi-systématique dans l’évolution d’un enfant qu’il passe par des moments transitoires de rejet de l’un de ses parents. Cela s’explique très bien et, si les parents ont des réactions saines et adaptées tout rentrera dans l’ordre en quelques semaines. Bien entendu, il existe d’authentiques rejets pathologiques, en général, ils sont accompagnés de plusieurs symptômes psy, comme une agitation psychomotrice ou à l’inverse une grande inhibition, des nombreuses angoisses invalidantes, voire des retards d’acquisitions psychomoteurs. Dans ces cas plus complexes, il est indispensable de consulter un pédopsychiatre afin qu’il évalue finement la situation et organise une prise en charge adaptée.

Chers parents, vous devez comprendre certaines choses pour vous armer face à ces moments pénibles et apprendre à les gérer ! La relation parent-enfant n’est pas un conte de fée ou un ciel bleu sans nuages, mais une véritable histoire d’amour avec ses conflits et ses retrouvailles. Il faut comprendre et accepter au préalable, que la vie de famille, et que la relation à l’enfant, ne sont jamais lisses, simples et toujours complices. « La petite maison dans la prairie » n’existe pas et le fantasme, l’idéal des parents (et surtout des mamans) d’être dans une merveilleuse complicité permanente avec leur enfant est une douce mais dangereuse illusion. En effet, le parent trop pris dans son rêve de relation « parfaite »avec son enfant va être déçu, blessé par la réalité et son lot de disputes et d’incompréhensions. De nombreux parents sont très, trop abîmés par ce gap entre la réalité et leur fantasme. S’ils n’acceptent pas de « se réveiller », de « grandir », bref d’accepter la réalité, les conséquences sur leur moral et sur leur enfant peuvent être graves !

Le parent trop attaqué par les aléas de la vie relationnelle avec son enfant, va tantôt se dévaloriser, se culpabiliser, se reprocher d’être un « mauvais parent », et tantôt rejeter son enfant, lui en vouloir de le mettre en difficulté et de casser son rêve d’être un parent idéal. En pratique, les conflits sont normaux, sains, naturels, mais s’ils sont vécus sereinement sans dramatisation ! Le parent qui se sent trop en souffrance face à ces périodes de rejet infantile, doit consulter seul un psychothérapeute, pour être soutenu, rassuré et comprendre ce à quoi ce moment pénible le renvoi dans son histoire personnelle. En effet, le vrai danger pour l’enfant et la relation parent-enfant n’est pas le conflit, mais ses conséquences sur le psychisme du parent !

Que signifient ces rejets infantiles ? Ils peuvent avoir plusieurs causes, et perdurer ou s’aggraver du fait d’une réaction parentale mal calibrée. Le plus souvent, il s’agit de simples « jeux relationnels », d’expériences de vie que fait l’enfant. Il découvre les relations, les teste, vérifie leurs limites... Logiquement, ces expériences vont lui apprendre la finesse et la singularité des différentes relations. Il va progressivement comprendre que la relation au parent est attaquable sans autre risque que celui d’être grondé, sans danger sur le fond du lien, sur l’état mental du parent, et sur l’amour qui les unit. Parallèlement, il verra que certains tiers (nounous, adultes proches, autres enfants) ne tolèrent pas les même choses que ses parents, et qu’il convient de faire attention à ces relations moins profondes et donc plus fragiles. La relation au parent doit être « secure », solide, et cela l’enfant le vérifie régulièrement. Une belle et forte relation ne ressemble pas à un magnifique verre en cristal, précieux mais bien trop fragile, donc insecure ! En pratique, cela ne veut surtout pas dire que vous ne devez pas le gronder ou vous fâcher lorsqu’il est rejetant ou odieux, mais que vous ne devez pas menacer l’ensemble de la relation, ni ternir votre regard sur lui, ou le culpabiliser. « Tout de suite tu m’énerves et ce que tu dis ou fait n’est pas gentil » mais surtout pas « et bien je ne m’occupe plus de toi, trouve toi une meilleure maman, t’es un méchant enfant, tu me fais beaucoup de peine, tu me brises le cœur... »

Vous avez compris : vous devez l’éduquer mais il doit sentir la pérennité inconditionnelle de votre lien, et surtout pas sentir que le danger de rupture, ou de désamour, voire d’abîmer son parent est réel. Si vous sentez pourtant un tel danger, c’est que VOUS avez un problème et que VOUS devez consulter pour apaiser VOS angoisses ! D’autres situations sont aussi très fréquentes, en premier lieu le rejet du père par le petit. Cela ne signe pas un problème relationnel entre le père et son enfant mais plutôt un désir excessif de l’enfant de coller sa mère. Il veut qu’elle s’occupe exclusivement de lui, et le père n’est pas de taille pour lutter contre cet appétit infantile !

Les deux parents doivent être alliés et travailler ensemble pour résoudre ce problème courant. En pratique, il faut que la maman autonomise son enfant, assume le fait de se décoller de lui un peu, de réclamer un peu d’air, tandis que le papa doit prendre des moments seuls à l’extérieur avec son enfant fréquemment. Ainsi, hors de la maison, royaume de la toute puissante mère, l’enfant acceptera plus facilement le lien au père et s’autorisera à oublier un peu sa mère et y prendre plaisir. Afin de ne pas vivre la scène pénible où l’on supplie l’enfant de sortir ou de jouer, il est préférable que la mère évoque une course, s’absente, et laisse seul un long moment l’enfant et son père. Progressivement il quittera sa position de rejet, qui est en fait une position de refus de se séparer de la mère. Le rejet des parents à leur retour de vacances, le rejet de la mère lorsqu’elle reprend le travail...Toutes ces situations sont naturelles, et transitoires. Ne vous fâchez pas à l’excès, et ne vous mettez pas non plus à genoux en le suppliant de vous câliner ! Cela le mettrait dans une position jouissive de toute puissance qui ne ferait que prolonger cette période de rejet !  

Bref restez sereins, patients, et provoquer des moments ludiques à deux à l’extérieur pour se retrouver agréablement.


Catégories


A propos de l'auteur

Articles liés

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !
Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee