Les contes pour enfant

Les contes pour enfant

 


« Les contes sont-ils bons pour nos enfants ? » Contes, Disney, petits livres du soir... Réflexions sur ces histoires infantiles et leurs conséquences sur le psychisme de nos enfants...


  Beaucoup de parents s’inquiètent de l’impact des contes et de certains dessins animés sur le psychisme de leur enfant. En devenant parents, ils les redécouvrent et perçoivent une violence, une cruauté, ou une tristesse, dont il ne s’était « pas rendu compte gamin » ! Effectivement, ces contes possèdent toujours une part de violence et débute fréquemment par une catastrophe... Le héros vit souvent un drame, et le fil rouge du conte est l’histoire de sa rédemption, de sa réparation, de son parcours vers la guérison, la victoire, le retour du bonheur...

Une des explications du succès de ces contes, chez les enfants, se trouve précisément dans la résolution (la sublimation) d’un malheur. Ces récits accrochent les enfants par l’angoisse ! Cendrillon, la belle au bois dormant, le roi lion, Hansel et Gretel, le petit poucet...Le plus souvent, il est fait référence à une mort ou à un abandon ! Dans le psychisme de l’enfant cela soulève la question : "Est-ce que mes parents vont mourir ?" ou "Est-ce que je vais mourir ?" ou encore « Serais-je capable de survivre seul ? »... L’enfant est scotché jusqu’à ce que le héros trouve une solution. C’est justement la force de ces contes, c’est qu’il y a toujours une solution ! Le héros trouve les ressources en lui et reçoit souvent l’aide d’un personnage adulte extérieur bienveillant. Ainsi, par identification, l’enfant retient qu’il peut s’en sortir tout seul et que le monde extérieur n’est pas totalement hostile ! Remarquez que même quand le conte original a une fin triste, c’est de la version heureuse dont les enfants se souviennent (le chaperon rouge...). Et si l’histoire heurte trop l’enfant, il ne voudra plus l’entendre, ou alors l’arrangera à sa sauce !

Les contes ont beaucoup fait débattre les psy pour enfants ! Pour certains ils sont positifs et permettent la mise en scène de fantasmes inconscients, pour d’autres ils sont traumatiques, et augmentent les angoisses infantiles... Ce qui est certain, c’est que ces angoisses sont déjà présentes chez l’enfant, ce n’est pas le dessin animé ou le conte qui les créent ! Les mettre en scène permet de parler, sans être trop abrupte, des problèmes de l’existence. Bien entendu, il faut que cela soit fait avec mesure. Sans quoi, ils vont penser que cette violence est très proche d’eux et que le drame réel menace...

S’il arrive qu’un enfant développe une phobie, par exemple « une terreur des vieilles dames » qu’il associe à la sorcière de "Blanche neige", il ne faut pas croire que le dessin animé en est la cause profonde ! Des millions d’enfants ont regardé "Blanche neige" sans développer cette phobie ! C’est en réalité le signe qu’il existe une problématique personnelle ou familiale à explorer et à apaiser. Les enfants savent bien faire la part des choses entre la réalité et ce qu’ils voient dans une fiction. L’aspect du dessin (illustrations de contes ou dessins animés) leur permet de mettre encore plus de distance : dix morts dans un manga, c’est moins grave qu’un mort dans une série américaine, et bien moins inquiétant qu’un blessé au journal de 20h... En pratique, vous pouvez continuer à lire les contes classiques à vos enfants, si vous prenez le temps de réceptionner leurs questions et de rassurer leurs angoisses.

Au delà de l’histoire, le conte est surtout un media, un lien, entre le parent et l’enfant, et l’occasion d’échanger ensemble sur toutes les questions de la vie...


Catégories


A propos de l'auteur

Articles liés

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !
Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee