Comment annoncer l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite soeur à un aîné ? Dr.Larrar


L’annonce de la bonne nouvelle


Les parents sont souvent stressés avant l'annonce. Ils ont l'impression de faire un mauvais coup à leur aîné. C'est une culpabilité parentale fréquente que n'ont pas ou plus les parents de familles nombreuses - et ils ont bien raison !


L'annonce doit être présentée comme une bonne nouvelle, parce que c'en est une ! Quel que soit l'âge de notre enfant, même s’il ne comprend pas très bien, il comprend le ton emprunté.

Les parents sont les référents : quand maman dit quelque chose, l’enfant même s'il ne parle pas encore, reconnaît son ton ainsi que celui de son papa. Il sent si c’est une bonne ou une mauvaise nouvelle, si ce qu’on lui raconte est angoissant ou pas.
Si on vient trop culpabiliser en lui annonçant : “tu vas avoir un petit frère mais ne t'inquiètes pas” etc alors on lui annonce une mauvaise nouvelle !


Non, il faut annoncer une bonne nouvelle : “on s’aime, on est heureux d'agrandir la famille et tu auras un petit frère ou une petite soeur”.


 


Laisser le droit à l’ambivalence à son enfant tout en lui annonçant une bonne nouvelle


Après l’annonce, il ne faut pas enfermer l'enfant dans la bonne nouvelle. Il va falloir lui laisser le droit à l'ambivalence parce que ne rêvez pas : quelle que soit la façon dont vous allez gérer les choses, quelle que soit la façon dont vous allez l’annoncer, votre aîné va être jaloux. Il va peut-être cacher sa jalousie, elle sera peut-être refoulée ou inconsciente mais il y en aura parce que c'est humain. Il ou elle était tout seul, tranquille, tout était à lui et puis il faudrait que ce soit génial d'avoir un petit frère ou une petite soeur !



Il va être content très sincèrement, il va l’aimer si tout se passe bien très sincèrement mais en même temps il va un peu regretter son arrivée et même un peu le ou la détester… Quand votre enfant va vous poser des questions sur le bébé - ce peut être au moment où on lui annonce ou peut-être bien plus tard - il pourra peut-être tenir des propos crus : “mais on peut jeter à la poubelle”, “mais on peut finalement le laisser à la clinique” etc .
Répondez lui que non, que vous vous êtes très content mais qu' il a le droit d'être jaloux. Que même si d'un côté il adore son petit frère ou sa petite soeur il a le droit de s’en énerver de l’autre côté.
Votre enfant va vite voir que sa jalousie ne va pas être trop nourrie parce qu'en fait il aura toujours son père et sa mère.


 


Catégories


A propos de l'auteur


Nos recommandations de praticiens

Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee

Consultez en psy en toute confiance !

L'équipe de psychologues cliniciens Wepsee est à votre disposition pour vous accompagner.

Voir les disponibilités

Articles liés

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !
Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee