Cannabis : Un triomphe chez les jeunes

Cannabis : Un triomphe chez les jeunes

Les raisons d’un tel succès chez les jeunes Psychanalyse du fumeur de splifs. Plus de 40% des jeunes de moins de 17 ans en France déclarent en avoir consommé au moins une fois. Comment expliquer un tel succès chez les jeunes ?



  • Une substance bon marché


- La résine, ou shit est la forme de cannabis la moins chère, car coupée avec des produits chimiques type paraffine, cirage... - L’herbe est plus onéreuse, mais très abordable, et bon nombre de consommateurs en font pousser à leur domicile assez facilement.



  • Facile à se procurer


Terminé le temps du dealer glauque, et de l’expédition dans une cité, le cannabis est un commerce qui s’est professionnalisé, et il est aisé de s’en faire livrer chez soi à tout moment. Régulièrement, un membre de la bande achète à bon prix une grosse quantité pour lui et ses amis. En récompense de son courage et de sa disponibilité, la bande lui offre sa part. Beaucoup de jeunes lycéens « dealent » simplement pour financer leur propre consommation, sans la moindre notion de culpabilité ou le moindre questionnement moral. Ils rendent service, ils gagnent leur part.



  • Un lien social


Rouler, et fumer un joint est une activité, qui favorise la réunion des jeunes entre eux. Plutôt que d’assumer le plaisir de se poser ensemble pour discuter, ils utilisent le prétexte de la fumette. La pudeur relationnelle des adolescents trouve dans le cannabis un allié de taille. Avoir « de quoi rouler » sur soi est un atout pour attirer les copains, et faire des connaissances, nouer des relations entre jeunes souvent timides. De plus, comme pour la cigarette ou l’alcool, la consommation de cannabis est une « posture active » en soirée. Elle donne une contenance, et l’impression que l’on est en train de faire quelque chose, dissipant l’ennui, ou le malaise d’attendre inerte. Celui qui est assis seul et qui ne boit pas ou ne fume pas s’ennuie forcément, il ne « sert à rien »...



  • Un produit « stylé »


Le cannabis sous toutes ses formes jouit d’une image positive chez les jeunes. Il n’est pas associé dans l’inconscient collectif à une drogue, ne rappelle pas des images de déchéances, de dangers puissants... Il ne fait absolument plus peur, au contraire, il a un pouvoir attractif. Les leaders d’opinions de la jeunesse mettent facilement en avant leur consommation de cannabis, voire l’exhibent, en premier lieu les artistes notamment les rappeurs. Le cannabis c’est cool, c’est détente, du rappeur le plus hype aux hommes politiques, personne n’ose critiquer ce produit si prisé par la jeunesse. Difficile alors pour les parents et les médecins de tenir un discours audible et crédible...



  • Une transgression peu effrayante


L’adolescent aime s’affranchir de l’enfant soumis en lui. Il aime se prouver qu’il est courageux, téméraire, et qu’il ne craint pas de défier la loi parentale. Le cannabis est un parfait candidat ! En effet, c’est une substance interdite, on se la procure en cachette, on la fume dans un coin, et on cache son petit paquet derrière les livres à la maison. Le cannabis n’étant absolument pas une priorité de la justice, et les sanctions étant faibles (simple rappel à la loi la plupart du temps), on s’offre une jouissance transgressive à peu de frais ! L’adolescent défie parents et société, sans dangers évidents, et sans grande culpabilité.



  • Les effets biologiques


Evidemment, la recherche des effets chimiques du cannabis est centrale, et reste la clef de voûte d’une véritable addiction. Euphorie et apaisement du stress sont les deux bénéfices les plus prisés par les consommateurs. Selon la personnalité du consommateur, ses problèmes, son mode de consommation, d’autres effets pourront être très recherchés. (cf. article sur les effets).



  • Des dangers minimisés


Les adolescents ont peu conscience des dangers qu’ils encourent avec une consommation de cannabis. Ces dangers existent (cf. article dangers) évidemment, mais plusieurs facteurs les minimisent aux yeux des jeunes consommateurs. - L’effet groupe : Plus il y a de consommateurs, moins je crains d’être seul en difficulté. Le groupe, les médias, tout rassure et renvoie l’image d’un produit « pas bien méchant ». - Le fantasme du « naturel » ou « bio » : Le fantasme classique « le naturel ça peut pas être grave », est extrêmement répandu. Après tout, ce sont de gentilles plantes ! L’amanite phalloïde est un gentil champignon, poussant dans les jolies forêts... Parfois, les fumeurs exclusifs d’herbe toisent les fumeurs de shit en leur expliquant qu’ils fument des choses malsaines... - La vente libre dans nombreux pays, et l’utilisation médicale, sont aussi des arguments fréquemment avancés par les consommateurs pour défendre leur point de vue sur l’innocuité du produit.   Si votre adolescent consomme du cannabis, il est très important que vous intégriez ces éléments. En effet, le discours très alarmiste ou diabolisant des parents a pour effet une rupture de la discussion et de l’écoute du jeune. L’écart trop grand entre sa perception des choses et l’affolement parental, tend à décrédibiliser les conseils et mises en garde des adultes. Le fameux « tu commences par ça et tu finiras une aiguille dans le bras » est une sentence fausse et moquée par les jeunes. Discuter, c’est aussi écouter, et prendre le temps d’essayer de comprendre les propos de l’autre. C’est à ce prix que l’adolescent vous rendra la politesse et acceptera d’entendre vos arguments. Enfin, vous pourrez lui proposer de rencontrer un médecin spécialiste en dédramatisant cette rencontre, afin de lui en faciliter l’accès. Lien utile :  Sos-addictions.org


Catégories


A propos de l'auteur

Articles liés

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !
Consultation psychologique qualitative et sécurisée avec Wepsee