Harcèlement professionnel



Le harcèlement professionnel est un délit qui se définit par des conduites abusives (gestes, paroles, comportements) visant à dégrader les conditions de travail.
Comme tout harcèlement moral, il peut entrainer des troubles psychiques et physiques chez la victime.
Il convient de le reconnaître afin de pouvoir se défendre légalement, et se protéger mentalement.

Le harcèlement professionnel n’est pas un simple conflit au travail, quand bien même celui-ci serait intense et douloureux.
Il se caractérise avant tout par l’intentionnalité du « harceleur » de créer un dégât dans la vie personnelle ou professionnelle de la victime.
En pratique, le « harceleur » cherche délibérément à provoquer quelque chose.
Le plus souvent, il s’agit d’une tactique froide et « économique » d’un employeur pour obtenir le licenciement de son employé pour faute grave, ou mieux sa démission.
Il est aussi régulièrement le fait d’un autre employé en rivalité, qui « savonne » la planche de son collègue.
Moins fréquent, mais plus destructeur, est le harcèlement « pervers ».
Il est le fait d’une personnalité perverse, qui éprouve une satisfaction personnelle, un plaisir psychique, à créer une douleur chez la victime. Le sadisme, et la toute-puissance narcissique (mégalomanie et besoin de dominer les autres) sont en règle générale des piliers de cette personnalité pathologique. Les formes perverses ont un grand potentiel psycho-traumatique, car elle plonge le « harcelé » dans un état d’incompréhension, de sidération psychique, « je ne comprends pas ce qui m’arrive ».
En effet, la victime cherche naturellement les raisons du « conflit » avec son collègue de travail. Les motivations pécuniaires, les enjeux de pouvoir ou d’influence au travail, la rivalité et la recherche d’avancement, sont des raisons « compréhensibles », « intelligibles », bien qu’elles n’excusent en rien le délit.
Par contre, la motivation « perverse » est beaucoup moins logique et acceptable pour le psychisme de la victime. Elle ne fait pas sens pour les gens non pervers.
Ainsi, la victime tarde à comprendre ce qui se joue, et passe par des états d’auto-accusations, de dévalorisation ou de culpabilité où elle cherche à comprendre sa prétendue faute, « ce que j’ai fait de mal pour provoquer ça » …
Si vous pensez être victime de harcèlement professionnel, il est fondamental d’en parler avec des proches de confiance, afin d’être soutenu et de recueillir leur avis.
N’hésitez pas à consulter un avocat spécialisé, il vous aidera à caractériser le conflit, et si c’est le cas à le définir comme un harcèlement.
Cette prise de conscience est le premier temps nécessaire au règlement de la situation au travail et de ses conséquences psychiques.
La thérapie avec le psychologue ou le psychiatre permet de diminuer la douleur psychique, et vous « arme mentalement », en vous aidant à comprendre finement les enjeux, et à repérer les mouvements agressifs ou pervers pour vous en protéger.

Catégories


A propos de l'auteur

Parcourez les articles

Utilisez le moteur de recherche ci-dessous.





Retourner à l'index

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous souhaitez approfondir cet article, réagir ou proposer un sujet ?


Contactez-nous !